Notre-Dame de Grâce de Passy

La Paroisse est située rue de l’Annonciation dans le 16ème arrondissement de Paris

7ème dimanches du Temps Ordinaire

23 février 2020

La joie de transmettre

La première partie de notre vie est faite pour grandir et la seconde pour transmettre. Transmettre est une des plus belles et importantes de nos missions sur la terre.

Certains d’entre nous ont la chance d’être riches, d’autres ont la chance de ne pas l’être. Pour les premiers la question se pose : comment et surtout quand transmettre ?

La doctrine sociale de l’Église nous rappelle que, si elle n’est pas une malédiction, la richesse est une responsabilité. L’argent dont je dispose n’est pas mon argent mais celui dont le Seigneur m’a donné la gérance pour faire le bien, d’abord pour ma famille et mes proches, puis pour mon pays, l’Église et le monde plus lointain. Ce que j’ai gagné personnellement, je l’ai aussi gagné à partir de tout ce que j’ai reçu des autres et de Dieu : santé, éducation, culture, patrimoine, amour familial, opportunités… « Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? » demande saint Paul aux Corinthiens (1Co 4,7). « Mon » argent est en fait celui que Dieu m’a confié pour être fécond.

D’un point de vue économique comme sur le plan de la charité la plus chrétienne, il est donc important de ne pas immobiliser de l’argent inutilement. D’autres que moi pourraient construire et faire le bien avec l’argent qui stagne chez moi.

Avant le crépuscule de notre vie, donner la majeure partie – et ce qui ne nous servira de toute façon pas – évite les risques de disputes et de déchirements sur l’interprétation de l’héritage au moment de la mort. En effet, nous devons nous préoccuper de transmettre avant de ne plus en être capables, cela fait partie de la responsabilité que donne la possession.

Mais il faut surtout donner rapidement à la génération qui peut engendrer et être féconde. La transmission se fait trop souvent aujourd’hui entre des arrière-grands-parents et des grands-parents. Ainsi, d’une certaine manière, on hérite trop tard, de manière relativement stérile. Il me semble qu’il faut donc reprendre l’habitude de transmettre à la génération qui se lance dans la vie, par exemple au moment d’un mariage ou d’un premier enfant, sans chercher à garder le pouvoir ambigu que donne l’argent non encore cédé. Les biens doit servir à faire le bien. Que transmettre soit la plus grande joie de notre seconde partie de vie !

Père Etienne Masquelier

ANNÉE SAINTE GENEVIÈVE

À l’occasion des 1600 ans de la naissance de sainte Geneviève, le diocèse propose aux paroisses de se mettre en mouvement pour faire découvrir cette grande dame et pour être disponibles à la mission.

.

MISSION SAINTE GENEVIÈVE

Samedi 25 janvier beaucoup de rencontres ont eu lieu dans le quartier lors de la mission sainte-Geneviève, grâce à la vingtaine de « binômes ou trinômes » qui proposaient des « petits pains » au nom de la patronne de Paris.

A cette occasion, près de 250 intentions de prière ont été recueillies au cours de l’après-midi. Une liste impressionnante de prénoms a été déposée devant le Saint-Sacrement, dont ceux de beaucoup de malades, d’élèves et d’étudiants, de personnes âgées dépendantes et de défunts.

Voici un florilège de ces petits papiers afin que chacun poursuive l’intercession :

Je recommande ma maîtresse et toute ma classe à sainte Geneviève.
Pour les sans-abris de Paris, afin que leurs droits humains soient reconnus.
Pour la famille de Sixtine morte écrasée dans le quartier.
Sainte Geneviève, priez pour moi afin que je retrouve une pratique religieuse.
Pour que Dieu nous aide à retrouver le goût de vivre ensemble dans la bienveillance et la tolérance.
Merci pour la paix, et qu’elle dure entre les habitants de Paris.
Seigneur je me confie à vous par l’intermédiaire de sainte Geneviève pour soutenir mes proches qui se dirigent vers une vieillesse difficile.
Geneviève, apprends-nous à faire confiance. Protège mon amour de toujours.
Pour ceux qui sont révoltés contre toi Seigneur à cause de la mort et de la séparation de leurs proches.
Sainte Geneviève, je vous demande de bénir mon nouvel appartement.
Je vous demande l’harmonie dans nos familles.
Je vous confie les prochaines élections municipales.