Été 2021

mois de juillet et août 

LES GRANDES VACANCES !

Les vacances ont remplacé « les vacations », terme originel en vieux français pour désigner la période pendant laquelle une fonction (ou un « siège ») était inoccupée ou encore lorsqu’une assemblée interrompait ses travaux. Avec l’école obligatoire, les vacances sont entrées dans le vocabulaire courant pour les élèves qui interrompaient leurs études pour une longue période d’été choisie afin d’aider leur famille à la moisson. L’arrivée des congés payés pour les salariés a entraîné une dernière évolution : le vacancier est devenu un estivant, c’est-à-dire un « touriste » qui profite des mois de juillet et août pour se promener en France ou ailleurs !

On a un peu oublié que très tôt, dans le monde biblique, une alternance entre travail et repos était déjà programmée. Outre les grandes fêtes qui duraient parfois 8 jours, comme Pâques et les Tentes, le sabbat a mis en place une véritable césure. C’est d’autant plus remarquable que ce rythme d’une journée tous les sept jours ne correspond à aucun cycle naturel. Il s’est imposé au nom de Dieu. L’homme qui observe le sabbat imite Dieu qui, après avoir créé le ciel et la terre, chôma et reprit haleine le septième jour. Se reposer, selon Genèse 2, 2 et Ex 20, 11, c’est chômer comme Dieu et en même temps admirer l’œuvre de ses mains. On arrête de travailler et on se consacre aussi à la célébration du Créateur et de sa création. Le sabbat met l’homme en situation de louer le Seigneur : le croyant trouve ses délices (Is 58, 13) en ce jour béni et sanctifié. Le vrai repos n’est donc pas seulement cessation, mais aussi accomplissement de l’activité humaine.

Le sabbat est fait pour l’homme et non pas l’homme pour le sabbat, affirme Jésus qui guérit l’homme à la main sèche (Mc 2, 27-36). À la glorification du Créateur, Jésus ajoute la libération de l’homme. La Pâque du Christ donne tout son sens au repos du Seigneur. En passant du samedi au dimanche, du sabbat au Jour du Seigneur, le croyant fait mémoire de la libération par excellence : en ce jour, il célèbre Jésus libéré de la mort. Frère aîné d’une multitude d’hommes, Jésus nous entraîne chaque dimanche dans ce mystère de résurrection lorsque nous participons à l’eucharistie. Le repos prend donc le sens d’une célébration de la vie, d’une vie surabondante qui ne s’épuise que dans la tirelire de l’éternité ! Que nos vacances, ici ou ailleurs, courtes ou longues, soient pour nous l’occasion d’approfondir cette vie !

Père William-Jean de Vandière

horaires d'té détaillés