Notre-Dame de Grâce de Passy

La Paroisse est située rue de l’Annonciation dans le 16ème arrondissement de Paris

2éme Dimanche de Carême

Dimanche 17 mars 2019

ACCUEILLIR LES CATÉCHUMÈNES

Vous avez reçu les cendres, le Mercredi 6 mars dernier, à Notre Dame de Grâce de Passy ? Normalement – en plus d’une jolie tâche grisâtre sur le front – vous avez dû sortir de la messe avec une carte-mémo où figure un prénom. De quoi s’agit-il ? D’une invitation faite à chacun d’entre nous pendant tout le Carême : prier pour le/la catéchumène dont il aura recueilli le prénom.

Mais un bonheur n’arrivant jamais seul, ce n’est pas UN catéchumène qui sera baptisé-confirmé-eucharistié à Pâque prochain… mais bel et bien NEUF ! Aussi cette affluence méritait-elle bien que nous leur consacrions toute une feuille hebdomadaire !

À vrai dire, les portraits que vous découvrirez ne visent pas tant à incliner nos esprits vers la “peoplisation” que vers la spiritualisation ; et ce, à plusieurs titres :

  • la mémoire de notre propre baptême. Même si nous l’avons souvent reçu alors que nous étions petits, nous sommes appelés à l’incarner dans notre quotidien. Et voir des personnes commencer ce chemin nous amène à nous poser à la question : “ Et moi, en quoi mon baptême est-il encore le cœur de ma vie ordinaire ? ” ;
  • une “spiritualité de l’engendrement”, puisqu’il revient à chaque communauté d’être un terreau favorable, dans une dynamique d’accueil, où de nouveaux croyants seront enfantés : “ Et moi, comment est-ce que je reçois les néophytes, les convertis, les « born again », les recommençants, ceux qui arrivent ou reviennent timidement vers l’Église ? ”
  • l’aide au combat spirituel, car – à quelques semaines de leur baptême – l’esprit d’un catéchumène est souvent la proie du doute, de la crainte ou du scrupule : “ Et moi, qui sais que la victoire est toujours acquise par Le Christ, pourquoi ne me montrerais-je pas solidaire de leurs épreuves spirituelles ? ” ;
  • Une louange, car l’arrivée de neuf catéchumènes – dans ce Corps particulièrement meurtri en 2019 qu’on nomme l’Église – montre bien qu’on “ n’enchaîne pas la Parole de Dieu ”. “ Et moi, en quoi la venue de nouveaux chrétiens suscite-t-elle mon envie de rendre gloire à Dieu ? ”

Père Laurent Chauvin