3ème dimanche du Temps Ordinaire

Dimanche 23 janvier 2022

« UNITÉ DANS LA DIVERSITÉ »

Être unis dans la diversité est possible quand nous arrêtons de confondre unité et uniformité. Souvent il semble plus facile à nos communautés de se réunir entre personnes qui se ressemblent plutôt que de franchir les divisions qui marquent la société et ses cultures. Or la diversité aide à nous demander quelle est réellement la volonté de Dieu.

Une communauté peut exister et même prospérer, mais elle ne peut pas vivre sans la parole de Dieu proclamée et témoignée. Car l’Église est destinée par nature à être un “avant-goût” de la réconciliation pour rencontrer Dieu et faire partie de son royaume. Par la bonne nouvelle annoncée et enseignée, l’Église forme un seul corps en Jésus. L’unité du corps mystique du Christ ne signifie pas la mise à l’écart des membres qui sont moins honorés, maltraités ou méprisés. Tous ces petits appartiennent eux aussi à la communauté des fidèles, où les uns et les autres, même faibles, sont traités avec un soin particulier.

L’année favorable accordée par le Seigneur, que Jésus proclame, est projetée dans l’avenir comme une espérance pour comprendre cette unité dans la diversité. “Pèlerins despérance” : voici le thème de la prochaine Année Sainte 2025 approuvé le 3 janvier dernier par le Pape François. Sommes-nous prêts dès maintenant à commencer ce parcours, qui démarre par les sérieuses réflexions autour de la communion, la participation et la mission pour incarner une Église synodale ?

Si « aujourdhui saccomplit ce passage de lÉcriture que vous venez dentendre », cela nous conduit à faire résonner les propos de Jésus en les mettant en pratique. Au lieu de se contenter d’une pratique traditionnelle routinière, il s’agit d’accueillir certains groupes inhabituels dans nos communautés. Jésus s’est ouvert à la diversité en accomplissant des actes de guérison, de libération et d’accueil pour tous. A nous aussi d’être attentifs aux étrangers, comme aux défavorisés économiques ou aux marginalisés de notre société. La promesse de salut ne peut être séparée des réalités économiques, sociales et politiques dans lesquelles nous vivons.

La mission du Christ est de libérer les gens de la captivité du péché et des structures qui diminuent et détruisent certaines vies. La bonne nouvelle que les chrétiennes et les chrétiens doivent proclamer, consiste à changer radicalement de regard sur la réalité, sur la vie en général et sur notre propre vie en particulier. Ainsi pour cibler la bonne et claire réponse d’espérance, nos actions doivent le démontrer à partir de ce moment.

Monseigneur Paul Karam

Eglise synodale
Guide NDGP 2021-22

Téléchargez le Guide en cliquant sur l’image ci-dessus.